Voitures radars

Voitures radars

Ça y est ! Depuis lundi 23 avril 2018 la privatisation des voitures radars est effective. Le but est “d’augmenter la capacité de flasher“, a précisé Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité rentière, oups ! routière.  En effet cette privatisation va permettre de faire du 24/24 7 jours sur 7, alors que le temps d’utilisation quotidien de ces véhicules, jusqu’à présent, n’était que de 1h30. Cela me fait penser à une scène du film « le cinquième élément » où l’acteur Bruce Willis perd son dernier point sur son permis de conduire par la mainmise de son ordinateur de bord…il semble que l’on y va à grand galop.

Le système a été expérimenté depuis début 2017 dans l’Eure mais les voitures radars y circulaient sans verbaliser. Près de 50.000 km ont été parcourus lors de ces essais soit 900 heures de “roulage”, selon l’Etat. Le « carnage » va commencer par le département de l’Eure avec 5 véhicules puis va être étendu sur la Normandie avec 26 véhicules. L’objectif est d’avoir 383 véhicules opérationnels sur l’ensemble de la France métropolitaine d’ici 2020. Les voitures radars seront la propriété de l’état et la conduite « externalisée » sera donnée à des sociétés privées.

Mais rassurez-vous bonnes gens,  il n’y aura “pas de rétribution au nombre de flashs“, “On rémunère la société uniquement pour conduire sur les itinéraires prévus par l’État. La rémunération est fondée uniquement sur le nombre de kilomètres à parcourir sur un mois donné“, a souligné Emmanuel  Barbe délégué interministériel à la sécurité rentière, ah ! Quand ça ne veut pas…ROUtière. Mon esprit tordu me dit qu’une de ces voitures garée dans une zone à 30 km/h (village ou ville) ne va pas rouler mais risque de faire un carton sur nos permis. “Si vous respectez la limitation de vitesse vous ne risquez rien” a-t-il aussi dit lors d’une autre interview sur Europe 1, laissant entendre que si vous vous faite flasher, c’est que vous êtes un mauvais conducteur irresponsable…vertueux tu seras. Ah ! Ça me rappelle un truc, en février n’y a-t-il pas eu quelqu’un qui n’a pas été vraiment vertueux (http://www.europe1.fr/societe/video-quand-le-specialiste-de-la-securite-routiere-se-gare-sur-une-piste-cyclable-3578972) ? Bon au final, c’est faite ce que je dis mais pas ce que je fais ?

Une petite dernière ? L’association anticorruption Anticor a dénoncé dans une plainte des soupçons de “favoritisme” dans le marché juteux des radars embarqués confié par l’État à des sociétés privées, 53,8 millions d’euros quand même (http://www.europe1.fr/societe/le-marche-des-radars-embarques-dans-le-viseur-dune-plainte-pour-favoritisme-3567845)!

Chose remarquable, lisez et écoutez tout ce qui se rapporte au sujet des voitures radars et comptez le nombre de fois que vous verrez, ou entendrez, le mot « prévention ». La FFMC a encore beaucoup de travail à faire.

SL

la limitation à 80 km et les routiers

la limitation à 80 km et les routiers

Curieux de ce que pouvait penser le monde du transport routier de la limitation à 80 km/h et de son implication sur le partage de la route, je suis tombé sur transport info.fr, un site dédié aux professionnels du transport routier. Mon œil a été attiré par un article de Nicolas Le François intitulé : « 80 km/h sur le réseau secondaire : la grande arnaque? » (http://www.transportinfo.fr/80-km-h-reseau-secondaire-grande-arnaque/). Je vous invite à le lire…même les professionnels ne sont pas dupes.

SL

Limitation à 80 km/h

La « limitation à 80 km/h » est devenue un phénomène sociétal, on peut donc penser que nos élu(e)s s’en emparent. J’ai été curieux de regarder  ce qu’il pouvait en être sur internet, et plus particulièrement dans notre nouvelle région : les Hauts-de-France. J’ai donc tapé dans un moteur de recherche deux mots clés : « limitation à 80 km/h » … Lire la suiteLimitation à 80 km/h

Lettre ouverte au premier ministre

Assemblée des départements de france

Le 5 mars 2018, 28 présidents de conseils départementaux ont écrit une lettre ouverte au premier ministre, s’opposant à la limitation générale de la vitesse sur le réseau secondaire à 80 km/h. Malheureusement, le département de la Somme n’a pas était signataire. Avec 4600 km de routes et un budget dédié de 6,8 % pour 2018, on aurait pu penser que notre conseil départemental se sente un plus concerné. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.  Et donc, je vous propose d’écrire à votre conseiller départemental pour faire part de votre mécontentement concernant ce sujet. Vous trouverez à l’adresse suivante : http://www.somme.fr/elus le nom et l’adresse e-mail de l’élu de votre canton ; et pourquoi ne pas en profiter aussi auprès de la vice-présidente (élue de la Somme) de la commission de l’aménagement du territoire du conseil régional Hauts-de-France : http://www.hautsdefrance.fr/elu/fagot-maryse/ , de votre député : http://www2.assemblee-nationale.fr/recherche-localisee/carte/Somme et du sénateur de la Somme membre de la commission  de l’aménagement du territoire : http://www.senat.fr/senateur/bignon_jerome14093u.html .

Le premier ministre, en prenant cette décision unilatérale a dû considérer que nous étions un peu trop simplets, à nous de lui prouver le contraire.

SL