Le gouvernement droit dans ses bottes

Le gouvernement droit dans ses bottes

Le gouvernement par le biais de son porte-parole vient de répondre à la lettre ouverte des 28 présidents de conseils départementaux : « Le dispositif prévu sera mis en œuvre ». Pour rappel, dispositif qui devrait sauver 300 à 400 vies par an d’après celui-ci, et qui se base sur des études qui n’ont jamais été clairement exposées. Serions-nous trop bêtes pour les comprendre ? En autre, Le Premier ministre prend appui, sur les résultats de deux ans d’expérimentation à 80 km/h réalisée sur 86 km de routes nationales entre 2015 et 2017. D’après AFP Factuel (blog de “fact-checking” de l’AFP) ces résultats seraient moins probants que ceux initialement annoncés. On peut alors se demander si un demi-mensonge est une vérité, il semble que le gouvernement le pense.

Le porte-parole a précisé qu’une évaluation sera faite deux ans plus tard sur son “efficacité”, c’est-à-dire sur la base du nombre d’accidents que la réduction de la vitesse de 90 km/h à 80 km/h aura permis d’éviter. Bien ! Mais en tenant compte du mépris et du refus de dialogue qu’a le gouvernement vis-à-vis des élus et du peuple peut-on penser qu’il pourra reconnaitre, si cela est avéré, qu’il a fait une erreur et par ce fait revenir à la limitation de 90 km/h ? Je vous laisse seul juge.

Que nous reste-t-il alors à faire ? Continuer de clamer notre incompréhension et notre mécontentement, en autre par le biais de nos élus locaux.

D’autre part, le sénat a mis en place un groupe de travail sur cette problématique, avec un espace participatif à l’adresse suivante : http://www.senat.fr/commission/groupe_de_travail_sur_la_securite_routiere/espace_participatif.html

Alors à nous d’assumer notre rôle de citoyen.

SL

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :